- -































































































Texte gagnant de 2003
Catégorie : Nouvelle
Théme : L'eau

 

Les profondeurs du lac

Par Jinny Gilbert

Ce matin-là, la brise paresseuse du vent estival caressait les courbes insoupçonnées du lac. Dans la lumière de l’aube, l’eau était douce, fraîche, calme et brune, elle allait y rafraîchir ses nobles brasses fantomatiques. Une odeur de sérénité enveloppait mes poumons. Mes pensées divaguaient, tout comme une algue qui se laisse bercer par le courant. Assis sur le rocher, non loin de la berge, je laissais les rayons du soleil effleurer mon visage basané ainsi que chatouiller avec une langueur éperdument douce mes pieds encore endoloris. Le soleil insista de plus belle pour m'apaiser et il caressa ma joue, chatouilla mes cils et effleura mes épaules nues. Cette chaleureuse sensation de picotement de la peau au contact des rayons de la gigantesque boule de feu qui réchauffe notre planète m'était comme un cadeau du ciel. Quelques gouttes de sueur perlaient sur mon front, mais l'une d'elle plus particulièrement attira mon attention, puisqu'elle glissa très tranquillement sur le côté de mon visage, s'accrocha au bout pointu de mon menton et se laissa tomber dans un vide infini. Comme tous gens en vacances, je ne m'étais vêtu que d'un mince peignoir blanc, où le vent de la côte se plaisait à s'immiscer pour faire frissonner le duvet recouvrant mes jambes. Les cheveux ébouriffés, une tenue confortable...tout pour être à mon aise. L'ambiance était parfaite, ma femme dormait encore dans le cottage et mes deux enfants s'amusaient follement sur le quai. Les chaudières et les petites pelles étaient à l'honneur! Que le chant paisible des oiseaux endormis et les petits cris enjoués de mes deux bambins parvenaient à mes oreilles. Le reste, téléphone et télévision : laissés au large durant deux semaines. Le soleil gagnait maintenant plus de terrain, s'étendant alors jusqu'au-dessus de nos têtes. Une journée inoubliable s'annonçait pour nous tous!

Les yeux fermés, presque sur le point de m'endormir à nouveau, je me fis soudainement sortir de mes rêveries par un cri d'hystérie et de profonde panique. Mon rythme cardiaque grimpa d'assaut et mon cœur voulut, à cet instant, sortir de sa cavité, prendre ses jambes à son coup et s'enfuir le plus loin possible de cette situation alarmante. J'aperçus alors Émilie, la plus jeune de mes filles, pointant le lac en pleurant d'incompréhension. Sa sœur ne réapparaissait plus à la surface du milieu transparent qui les séparait de plus en plus. Elle s'éloignait! Elle se noyait! Le gouffre de la torpeur s'empara de moi. L'eau qui perlait sur mon front, quelques secondes auparavant, par simple transpiration, s'était vite transformée en signe de profonde détresse. L'eau est parfois si pure mais, souvent si destructrice et meurtrière. La tranquillité est trompeuse, il ne faut pas simplement se fier aux apparences. Avec toutes ces pensées qui défilaient dans ma tête à une vitesse incroyable, je sus dès lors que ma vie allait changer à tout jamais.

Une fraction de seconde plus tard, juste le temps d'analyser toutes les issues possibles, la solution qui me vint instinctivement fut de me mettre à crier de toutes mes forces. À l'aide! Aidez-moi quelqu'un! À un tel point que mes cordes vocales me faisaient souffrir atrocement. Après quelques secondes, je me rendis rapidement compte que c'était peine perdue : le chalet... trop lointain, les voisins... aucun. Mes membres furent saisis d'un incroyable frisson, tous tremblèrent de la même façon, comme les feuilles mortes en automne. La vue du petit corps bleu d'Angélique me tourmentait sans cesse. Cette perspective me glaça d'effroi, d'appréhension, d'affolement... Les larmes engorgeaient et prenaient une totale possession de mes yeux. Je n'avais plus aucun contrôle sur quoi que ce soit. Ma vie partait à la dérive, la sensation d'un parasite grugeant l'intérieur de mon corps devenu pourriture m'obsédait. Ne sachant pas nager, je ne pouvais risquer de me noyer en tentant un sauvetage que je savais perdu d'avance. Pourquoi ne savais-je pas effectuer le simple fait de flotter sur l'eau au lieu de sombrer dans des profondeurs insoupçonnées? Mes oreilles bourdonnaient. Je n'entendis que les hurlements d'Émilie qui paraissaient provenir à des kilomètres d'où je me situais à ce moment. Comme un écho lointain qui résonnait dans une immensité absolue? J'avais le souffle coupé, ma poitrine me semblait lourde et crispée, seulement le martèlement alarmant de mon pouls sur mes temples semblait garder mes organes en vie. Le reste... paralysé. Paralysé par un sentiment d'oppression redoutable. Que de douleurs je ressentais. Que pouvais-je faire pour sauver la vie de cet être si cher à mes yeux? Ma petite fille, ma princesse!

Je me relevai la tête un instant et éprouvai l'étrange impression d'y être pour la première fois, de ne rien reconnaître. Le chalet, la rive, l'odeur, tout me sembla alors méconnaissable. Soudain, mon inertie disparut et, à l'aide d'une puissante charge d'énergie, je parvins à courir jusqu'au quai où je m'allongeai pour tendre la main à ma petite puce si fragile. C'est alors que les copeaux de bois pénétrèrent ma peau jusqu'au os. « Ne lâche pas ma princesse, papa est là! » Ça faisait tout chaud dans ma poitrine, comme si je buvais quelque chose de brûlant. Lorsque je me rendis compte de la présence d'Émilie, je lui ordonnai immédiatement d'aller avertir sa mère. En tentant d'agripper une parcelle de ma fille, une pensée me parvint en mémoire. « Mon ange, éveille-toi du dangereux sommeil, ne t'enfonce pas dans une nuit éternelle, chasse la sueur qui s'incruste sur ta peau, ne laisse pas l'eau t'arracher la vie, ne prends pas l'ombre pour le soleil, résiste à la tentation et reviens à moi, je t'en supplie! » Noir, tout ici était noir. Mais où est-elle donc? Si une âme sur cette terre doit mourir, prenez la mienne, pas celle d'une enfant n'ayant à peine vécu. Je suppliai les dieux de me la laisser en vie, j'aurais même sacrifié la mienne pour elle, mais malheureusement, je crains que cette volonté ne soit point suffisante. Peut-être était-ce son triste destin? Mais pourquoi elle? J'essayai d'exorciser le poids qui m'écrasait la poitrine, sans succès. L'accaparement du sort était inévitable! J'entendis alors le clapotis des vagues, qui normalement m'apaisait, ne faisait qu'intensifier le sentiment d'angoisse qui possédait mon corps tout entier. Chaque son répétitif, semblable à la trotteuse d'une horloge, comptait le temps qui s'écoulait de plus en plus. Au fait, était-il trop tard?

Calme-toi! Respire, respire, tu peux encore respirer, toi! Les vibrations sur l'amoncellement de bois m'annoncèrent l'arrivée tant attendue de ma femme. Angélique allait-elle être sauvée? Les pleurs, les cris de ma femme et le temps qui filait à toute allure faisaient que l'intervalle entre chacune de mes pulsations cardiaques diminuait sans cesse. Terrible manoir d'enfer! Cet endroit est maudit! La fugue n'était pas possible, je devais faire face à cette situation redoutable et mettre fin à ce manège angoissant. Ma vie n'avait plus d'importance à mes yeux, seule celle de ma petite grenouille m'importait. Immédiatement, mon épouse se rua dans cette eau pourtant si pure et m'éclaboussa de plus belle à mesure que ses recherches avançaient. La facilité que possédait celle-ci de lutter contre l'eau, cet élément si puissant, me rassura. Émilie était derrière moi et s'époumonait à force de crier : « Papa! Papa! Aide maman, toi aussi! » À cet instant, une vague d'impuissance m'envahit. Ma présence ne faisait que nuire. Mourir... je ne veux que mourir et disparaître à tout jamais! La vue de mon squelette et de celui de ma fille, ces entassements d'os et de pourriture tant redoutés me tourmentèrent soudainement. La poussière tombait de plus en plus, la mort était à mes trousses, les tombeaux étaient témoins de la rigueur du sort réservé à tous, même, malheureusement à ma princesse. Des ombres inanimées se plaignaient et me murmuraient des paroles indéchiffrables pour me convaincre d'errer autour d'elles, de rejoindre leur cercle vicieux. Mon désir le plus cher : courir, courir plus vite pour leur échapper. Je luttai alors férocement contre ces forces surnaturelles pour reprendre mes esprits et le contrôle de moi-même... ce que je réussis avec peine et misère. La colère et l'incompréhension erraient dans tous les recoins de mon espace vital. Pourquoi mon Angélique à moi?

Au bout de ses recherches, accompagnée de sa dernière goutte d'énergie restante, ma tendre moitié déposa le minuscule corps inanimé d'Angélique sur le bord du quai. Cette inertie, cette couleur si pâle, si bleutée me statufia sur place. La vie entière de ma petite princesse défila devant mes yeux à une vitesse incroyable. De ses premiers pleurs à cette image de corps sans vie. Je fus soudain pris de vertiges monstrueux. Je réalisai qu'il était trop tard! Personne ne pouvait plus rien y faire. La mort avait frappé notre bienveillante famille pour la détruire à tout jamais. Ce désolant sort. Mon cœur cessa de battre, plus la peine de vivre si ce n'était que pour vivre dans ces conditions. J'étais sale, je me détestais. Mon incapacité de la sauver, de nager jusqu'à elle m'écrasa la cage thoracique, un poids si énorme m'étouffa. Des larmes me brûlèrent les yeux, comme un volcan sur le point d'expulser sa lave, j'explosai de rage et de tristesse. Des cris d'incompréhension et de profonde détresse résonnèrent au loin. « Eau maudite, cruelle tu es! » Le regard livide et sans vie de ma femme pesait sur moi. Je compris dès lors que le lac n'avait qu'une profondeur d'environ un mètre à cet endroit. J'aurais pu facilement la sauver de cette mort brutale et cruelle qu'elle a subie par ma faute, par mon incapacité de jouer mon rôle de père convenablement. Les ondulations des vagues avaient emporté la vie de mon bébé. L'eau est vie, ainsi que mort!

Jinny Gilbert, 17 ans
Étudiante à la Polyvalente d’Iberville à Rouyn-Noranda

 

RETOUR